lundi, septembre 28, 2020 21:05

Archive for the ‘Que le spectacle commence’ Category

Festival international du film policier de Beaune – du 3 au 7 avril 2019

Mardi, avril 7th, 2020

Et voilà, comme annoncé précédemment (voir ici), je mets à profit ces moments de confinements pour mettre ce blog à jour !

Donc, l’événement manquant majeur dans mes posts c’est ce festival de l’année dernière, 11ème du nom, qui nous avait pourtant offert de bons moments dans les salles obscures de la sous-préfecture Côte-d’Orienne !

Avec Benoit Jacquot en président du jury des films en Compétition. Jury comprenant entre autres François Civil (que je venais de remarquer dans le très bon Chant du loup quelques semaines avant) et Tonie Marshall (moins d’un an avant qu’elle ne nous quitte pour un monde sûrement meilleur).
Samuel Benchetrit présidait, lui, celui de la compétition Sang Neuf.

Ce que j’en ai retenu, en vrac (bande-annonce en cliquant sur l’affiche) :

NEVADA
de Laure De Clermont-Tonnerre
Sang neuf
Le cheval et le prisonnier
ou
Le cheval qui murmurait à l’oreille des hommes

-

-

-

-

-

-

-

BANCO
de Koldo Serra
Hors-compétition
Braquage à l’espagnole

-

-

-

-

-

-

-

-

-

BLUEBIRD
de Jérémie Guez
Hors compétition
Léon… de Bruxelles

-

-

-

-

-

-

-

-

-

THE OPERATIVE
de Yuval Adler
Hors compétition
Homeland, saison inédite

-

-

-

-

-

-

-

-

-

DRAGGED ACROSS CONCRETE
de S. Craig Zahler
Prix Sang neuf
(je valide !!!)

L’arme fatale, épisode final

-

-

-

-

-

-

-

-

-

ALPHA- THE RIGHT TO KILL
de Brillante Mendoza
Compétition – Prix du jury
(ex-aequo avec Piranhas de de Claudio Giovannesi, pas vu…)

Il y a quelque chose de pourri sur les trottoirs… et dans la police de Manille

-

-

-

-

-

-

-

EL REINO
de Rodrigo Sorogoyen
Compétition – Prix de la critique
Magouilles ibériques

-

-

-

-

-

-

-

-

-

DUELLES
de Olivier Masset-Depasse
Sang neuf
Desperate Housewives des 60′s une fois

-

-

-

-

-

-

-

-

SAVAGE
de Cui Siwei
Compétition
Moins drôle que Fargo mais tout aussi enneigé

-

-

-

-

-

-

-

-

FACTORY
de Yuri Bykov
Compétition
Nid de guêpes chez les russes

-

-

-

-

-

-

-

-

LES OISEAUX DE PASSAGE
de Ciro Guerra, Cristina Gallego
Compétition – Prix spécial police
Cartelmania, les origines
ou
Danse avec les fumeurs de joints

-

-

-

-

-

-

-

-

FACE A LA NUIT
de Wi-ding Ho
Compétition – Grand prix
(Je valide !!!)
Triptyque à rebours

-

-

-

-

-

-

-

-

Celui là j’ose à peine le mettre tellement rien que l’affiche me répugne… Pendant tout le film je me suis demandé pourquoi Fatih Akin (à qui le festival rendait hommage) s’était lancé dans cette histoire insensée, ne comprenant pas comment on pouvait imaginer de telles ignominies avec de telles caricatures de paumés… jusqu’à ce que je comprenne avec le générique de fin diffusant des photos des vrais protagonistes – tellement ressemblants aux acteurs du film (à moins que ce ne soit l’inverse) – de cette histoire vraie de Fritz Honka dans le Hamburg des 70′s, que la réalité n’a pas de limite dans ses abominations (et encore heureux qu’on n’ait pas les odeurs qui vont avec au ciné)…

GOLDEN GLOVE
de Fatih Akin
Hors compétition
Un psychopathe chez les Deschiens

-

-

-

-

-

-

-

-

On va finir sur ce film de de Nicolas Winding Refn (le festival lui rendait également hommage en 2019) sorti en 2010 – avec le superbe Mads Mikkelsen – que je n’avais jamais vu et que j’ai eu plaisir à découvrir sur grand écran !

LE GUERRIER SILENCIEUX, VALHALLA RISING
de Nicolas Winding Refn
Hommage à NWR
Patience et longueur de temps… vont parfois bien avec force et rage

-

-

-

-

-

-

-

♦♦♦ retour à la page d’accueil ♦♦♦

Festival international du film policier de Beaune 2020

Jeudi, avril 2nd, 2020

L’invité d’horreur d’honneur de cette édition 2020 aura été le CoronaVirus

Programmé du 1er au 5 avril, la liste des autres invités n’aura même pas eu le temps d’être dévoilée que stars et public étaient priés de rester confinés chez eux devant des écrans beaucoup moins grands.

Michel Hazanavicius qui devait présider l’événement n’aura pas eu le plaisir de choisir le polar de l’année avec son jury, un gagnant étant déjà tout désigné :
« Covid-19 : contagion express » réalisé en un temps record avec un nombre impressionnant de figurants.
La bande-annonce présentée au public français fin janvier ne présageait pourtant pas un rythme effréné et n’avait pas suscité un engouement excessif parmi les spectateurs.
Pâle remake de la version chinoise sortie fin 2019, elle-même copie à peine masquée (mauvais gag…) de moult productions politico-catastropho-pandémio-complotistes en vogue ces dernières années, que l’on pensait plus réservée au public asiatique, la version française nous tient finalement plus (ou moins suivant la virulence des symptômes… re-mauvais gag…) en haleine que ce que l’on aurait pu imaginer avec le teaser.

Initialement prévu en version plus courte, c’est finalement la version longue qui a été retenue avec diffusion sous format série pour petit écran.
Moins glamour que Grey’s Anatomy, plus cynique que Dr House et beaucoup moins drôle que Scrubs, les épisodes sont écrits au jour le jour par des scénaristes morbides et mal inspirés qui n’ont à priori aucune idée de comment ça va finir… Covid-19 : contagion express pourrait donc s’inviter encore un bon moment dans notre quotidien et pourrir nos velléités de sortie pour quelques semaines supplémentaires… Espérons seulement qu’il n’y aura pas de saison 2 !

♦♦♦Nota : Always look on the bright side of life ! Le confinement stimule la créativité et devrait me dégager un peu de temps pour faire – enfin – le résumé de l’édition 2019 du festival ♦♦♦

♦♦♦ retour à la page d’accueil ♦♦♦

Le cas Philippe K. – La Vapeur – 16 janvier 2020

Dimanche, février 9th, 2020

Katherine débarque et voilà que nos esgourdes s’esbaudissent, que nos calots s’encanaillent, que notre bouche chope la banane, ouvrant nos narines afin de mieux faire circuler l’énergie curative distillée depuis la scène par ce drôle de personnage en pyjama et boa à plumes, et là, j’aime à penser que j’ai 7 trous dans la tête !

-

J’aime être stone avec Philippe Katerine sans avoir à prendre un quelconque psychotrope… C’que c’est bien la converse avec lui et  c’que c’est bien d’écouter ses Confessions, sorties en novembre 2019, en boucle !

Bref j’adoooooore !!!

-

Extraits de ces confessions  avec quelques statistiques pour commencer :
> 88% + Blond + Bonhommes

Et puis allez on se refait une petite banane tout nus sur la plage ?
> juste ici !

♦♦♦ retour à la page d’accueil ♦♦♦

Rattrapage 2019

Mardi, janvier 14th, 2020

Pas eu/pris le temps d’en parler en fin d’année et pourtant ces concerts, célébrant le rock français, du dernier trimestre 2019 valait la peine qu’on leur consacre quelques lignes !

Lys + Steve Hewitt
L’écrin – Talant – 4 octobre

La tournée qui célébrait les 10 ans du groupe breton avec le batteur de Placebo aux baguettes, les a menés jusqu’à cette nouvelle salle à proximité de Dijon.
Des gradins clairsemés… Dommage pour ceux qui ont loupé cette soirée aux bonnes consonances de rock qui aurait mérité une salle comble…
Preuves à l’appui : l’intégral du concert qu’ils ont donné dans leur ville d’origine
> Lys & Steve Hewitt) – Live in Rennes

-

-

-

Charlélie
Le Cédre – Chenôve – 18 octobre

Je ne m’en lasse pas de l’écouter et de le voir sur scène:
> voir ici et ici
Le réconfort de retrouver une voix amie en ces jours d’octobre déstabilisants…
Et le voir rendre si bien hommage à Higelin
> Pars – Live au Trianon
> Je suis ton ami (« Plus les années passent plus on est solidaires »)

-

-

Last Train
La Vapeur – Dijon – 8 novembre

Alors là c’est du concentré d’énergie qui a enflammé la scène de la Vapeur !
Le live c’est leur truc à ces alsaciens ! C’est bien ce qu’il m’avait déjà semblé à ce Rock en Seine de 2015 où je les avais découverts !
> Last Train Full Performance live @ Paris – Trianon

-

♦♦♦ retour à la page d’accueil ♦♦♦

Damien et Dido sont dans un bateau

Lundi, décembre 9th, 2019

Damien et Dido sont dans un bateau, celui qui parle à nos cœurs et les fait affronter chacun à leur manière les vagues perturbantes aux relents d’amertume des amours déçues et de la rancœur tenace.
Et si Saez déserte de plus en plus souvent la frêle embarcation pour un croiseur qui l’emmène en révolte contre la tyrannie de l’argent et des pouvoirs outranciers – surtout depuis 2016, début de son Manifeste commencé avec L’oiseau liberté puis poursuivi avec Lulu et #humanité et qui s’achève en cette fin d’année avec le dernier opus Ni Dieu ni maîtreDido a gardé le cap face aux ouragans des attachements addictifs avec ce Still on my mind.

Bon allez, laissons un peu ces métaphores faciles pour dire l’enthousiasme qu’a déclenché la londonienne le 22 novembre dernier à La Seine Musicale (il faut dire que depuis 15 ans qu’elle n’avait pas chanté à Paris, elle avait eu le temps de se faire désirer) et pour raconter la hargne qui habite toujours l’indéfectible agitateur de la production musicale française qui était au Zénith de Dijon ce 26 novembre.

> Thank you – Dido – La scène musicale

Et la preuve que finalement l’univers de Dido et celui de Damien peuvent se rejoindre… parfois…

> Jeune et con – Saez -Victoires de la musique 2001

> Des marées d’écume – Saez

Et juste pour le plaisir de se replonger presque 20 ans en arrière :

> Stan – Eminem (feat. Dido)

Sinon, je ne vais pas me répéter donc voir ici et ici et ici aussi pour les concerts de Saez que j’ai déjà commentés…

♦♦♦ retour à la page d’accueil ♦♦♦

Dijon, november, 2019

Mardi, novembre 12th, 2019

Soirée spéciale ce 7 novembre dans des centaines de cinéma de France (et d’ailleurs) de celle qui nous entraine depuis 35 ans dans les recoins de sa mélancolie pop et de ses obsessions élégantes, addictives pour les simples mortels que nous sommes, envoûtés par ce regard d’ange déchu sous une chevelure aux couleurs des flammes de l’enfer.

Descendue de son vaisseau spatial dans un univers tout droit sorti du Los Angeles de novembre 2019 de Blade Runner (quel timing !), le spectacle qu’elle mène est d’un esthétisme et d’une perfection technique stupéfiants.
-

Sa voix mi-humaine mi-créature-céleste migre de nos pavillons auriculaires à notre cerveau pour compléter ces sensations visuelles et nous permettre une appréhension complète de l’expérience, toute nouvelle pour moi, du show qu’elle nous délivre, soutenue par des musiciens et des danseurs impeccables et par la présence, le temps d’une chanson, de Sting qui a dû boire la même potion magique qu’elle (à moins qu’ils ne se fassent cryogéniser entre 2 apparitions publiques…) pour garder cette silhouette et cette beauté résistantes aux épreuves du temps.

♥♥♥ à noter : l’habit ne fait pas le moins mais Jean-Paul Gaultier fait les îcones… ♥♥♥

Bref, la plus belle c’est Mylène…. voir aussi > ici

♦♦♦ retour à la page d’accueil ♦♦♦

L’été avant l’heure à Dijon

Vendredi, juillet 19th, 2019

Dès le 25 avril, le concert d’Eaggle Eye Cherry à la Vapeur distillait une ambiance annonçant les prémices de l’été.
Avec Veronica Fusaro en première partie, la soirée a tout de suite pris une tournure sympathique et Eaggle Eye a confirmé notre pressentiment en alternant les titres de son nouvel album Streets of you avec les tubes qui ont fait son succès à la fin des 90′s, avec un engouement et une bonne humeur communicatifs (qu’on ne s’est pas privées de reprendre à notre compte avec ma copine MJ !!!).
> clips Eaggle Eye et Véronica

Laurent Voulzy lui a investi Ste Bernadette le 16 mai. La modernité de cette église n’a pas rafraîchi l’atmosphère mais la solennité des lieux n’était évidemment pas propice aux déferlantes musicales qu’on aurait aimées… Frustrant un peu… Et bon ça devait avoir plus de puissance émotionnelle à St Eustache… Quoique…

♥♥♥ Déjà là… Impossible de ne pas penser à notre Claude lorsqu’il entonne Belle Ile en mer… déjà plus d’un an qu’il nous manque… Et oui mon Papoum ça a dû être grandiose à St Sulpice aussi le 22 mars, surtout lorsqu’il l’a chantée avec Souchon… Et quelle belle lettre tu lui as écrite…♥♥♥

-

> Le concert à St Eustache en vidéo avec les commentaires du Lolo

Mais c’est vraiment le 19 juin que l’ambiance estivale fut à son comble avec un bel orage pour saluer notre arrivée sur les lieux du concert. En même temps on n’était plus qu’à 2 jours de la date officielle de l’été. Ceci explique peut-être cela :-D
Cock Robin était donc de retour à Chevigny St Sauveur après sa venue, il y a 3 ans, à la sortie de son superbe album Chinese Driver… Et là, je cherche dans tous les articles de 2016 de ce blog… Mais que s’est-il passé à cette période pour que je n’écrive aucun post sur cet évènement qui m’avait déjà tout autant enthousiasmée ? J’étais persuadée avoir déjà parlé de Peter Kingsbery à l’époque et de sa voix inimitable toujours intacte et de tous ces tubes qu’il chantait dans les 80′s avec sa copine Anna LaCazio, et qu’il reprend désormais avec la nouvelle voix féminine du groupe Coralie Vuillemin (une Franc-Comtoise, voilà peut être pourquoi il passe si souvent dans notre région).
> La pub pour la tournée 2019

Bref, ce fut un bel été en ce printemps 2019 !

♦♦♦ retour à la page d’accueil ♦♦♦

Fashion Freak Show – 21 février 2019

Mardi, mars 19th, 2019

Le freak c’est chic
Jean-Paul c’est Pop’n'Roll
Tears for Fears raté à l’ex POPB
Mais que du fun gagné à cette soirée !

Les Folies Bergères avec ma tantine
C’est comme le beurre sur mes tartines :
Un plaisir simple mais immuable
Qui donne des ailes aux lourds cartables !

♥♥♥ Dommage Fleur de Lotus pour la tentative loupée du 5 février… Mais notre soirée improvisée entre la pierre du boucher et les ravioles au gorgonzola fut aussi remarquable ♥♥♥

♦♦♦ retour à la page d’accueil ♦♦♦

Soirée Irlande du nord – Zénith de Paris – 23/01/2019

Mardi, mars 12th, 2019

Alors que la veille Paris connaissait son seul et « mémorable » (comme à chaque fois qu’il tombe un demi cm de neige sur la capitale…) épisode neigeux de l’hiver, la patrouille adéquate est arrivée à point nommé ce 23 janvier.

Précédés par 2 premières parties qui m’ont fait descendre à la boutique du hall du Zénith à chaque changement de scène pour me procurer leurs CDs respectifs tellement j’étais emballée, JC Stewart, tout jeune gars tout en douces mélodies et Foy Vance, dont on sent tout de suite le professionnalisme, seul sur scène avec un  batteur énergique pour des morceaux allant du rock-folk plutôt celtique à un rock-country décoiffant en passant par des notes plus blues, Gary Lightbody et ses amis furent, une fois encore, à la hauteur de mes espérances.

Il faut dire que leur nouvel album – offert avec le billet du concert, il faut quand même le souligner – attendu depuis 7 ans, laissait présager de bonnes choses sur scène.
La tête dans les étoiles, portée par leurs mélodies et le charme mélancolique de leur leader, comment ne pas se poser la question :

Suivie de l’autre question, plus cartésienne, après avoir assisté aux performances des 3 chanteurs/groupes de ce soir là, tous originaires d’Ulster : mais comment une nation de moins de 2 millions d’habitants répartie sur 14000 km2 peut-elle compter autant d’artistes talentueux ?

Et si on rajoute les musiciens issus de l’Irlande du sud… D’ailleurs quelques jours plus tard, dans le cadre du festival GéNéRiC, c’est Fontaines DC, groupe originaire de Dublin qui nous dispensait son rock dynamique au Consortium à Dijon…. To be continued !

> Snow Patrol – What If This Is All The Love You Ever Get – Zénith Paris 23/01/2019

> Snow Patrol – Life on earth – Zénith Paris 23/01/2019

♦♦♦ retour à la page d’accueil ♦♦♦

Du blitz à l’aurore…

Mardi, janvier 8th, 2019

…des ombres mouvantes entre Paris et Londres aux  douces lueurs matinales de l’automne norvégien.

Étienne l’a bien tenu à la Vapeur à Dijon ce 10 octobre 2018 : qu’il nous chante, voire même qu’il nous raconte les derniers épisodes de sa vie tumultueuse tirés de son – très bon – album Blitz ou qu’il nous fasse replonger avec délices dans ses week-ends romains ou les rêves éveillés de son grand sommeil, la voix du Daho ne cesse de nous faire glisser sur d’experts toboggans de la nostalgie… Mais y glisser avec délice… Certes !

-

Le nouvel album d’Aurora s’appelle Infections Of A Different Kind et le concert qu’elle a donné à la Cigale le 30 octobre dernier confirme le ressenti que je vous avais déjà fait partager il y a 2 ans – voir ici – distillant un subtil mélange de suavité et d’énergie.

-

-

-
-

En revanche je ne ferai pas de commentaire sur le concert de Jean-Louis Murat qui était au théâtre des Feuillants de Dijon le 9 novembre, si ce n’est pour dire que j’étais prête à acheter le CD de son nouvel album Il Francese à la sortie mais que lorsqu’on nous dit merci-au-revoir au bout d’une petite heure de concert  malgré un public qui, le connaissant, lui a montré, dès sa montée sur scène et pendant tout le temps où il a daigné y rester, son attachement indéfectible, on a – plus encore que d’habitude – un sentiment de foutage de gueule qui fait qu’en retour on se contentera de l’écouter sur Spotify...
(J’ai pourtant défendu longtemps son comportement parfois limite en interview ou en live, eu égard au talent du garçon, mais si ça le gonfle tellement de faire de la promo, qu’il se contente de faire des disques et des vidéos et on restera sur une bonne impression).

♦♦♦ retour à la page d’accueil ♦♦♦

Festival international du film policier de Beaune – 4 au 8 avril 2018

Dimanche, décembre 2nd, 2018

Cette fournée 2018 aurait-elle été si médiocre que nulle ligne ne lui fut consacrée dans ces pages ?
Que nenni !!!
Nous avons attendu fébriles des dénouements :

nous avons patienté avec respect tandis que des réalisateurs asiatiques nous contaient des histoires tourmentées :

nous avons frissonné devant des situations incongrues et plutôt ri jaune devant des scènes à l’humour noir :

nous nous sommes esclaffés pour de vrai lors de la dernière séance libératrice après 4 jours de haute tension :

nous avons profité que le réalisateur soit là en personne, avec son Viggo fétiche, pour les présenter pour revoir quelques promesses :

Et surtout j’ai vécu ce moment exaltant rien qu’à moi, quand le regard d’un bleu limpide  de – l’autre – David (voir pour mémoire ici) a croisé le mien et que son sourire a conclu le bref échange entre une fan subjuguée et l’un de ses réalisateurs favoris le temps d’une dédicace.

à ce propos voir aussi  > ici

♦♦♦ retour à la page d’accueil ♦♦♦

10 juillet 2018 – Olympia

Vendredi, juillet 13th, 2018

19h55 ce 10 juillet, trop heureuse pour 2 raisons :

-  retrouver Jack Johnson pour 2 heures de douceur et de bonheur.
- ne pas subir, en ce soir de 1/2 finale de coupe du monde, une euphorie footballistique qui commence d’autant plus à me saouler gravissime que la finalité de la chose et l’engouement de mes congénères m’échappe à un point, mais à un point…

Donc quand Nick Mulvey qui assurait la première partie dès 20h a commencé en demandant who cares about football ? j’ai bien perçu comme une petite pointe de regrets chez certains de ne pas être devant leur poste de télé.
Quand les premiers cris se sont faits entendre pendant l’installation de la scène pour Jack, saluant le 1er but des français, j’ai bien compris que certains (et j’espère pas certaines !) avaient l’œil rivé sur leur portable, suivant la course des 22 nains derrière un ballon.
Et ce que je me suis mise alors à redouter a fini par arriver, ils ont osé : interrompre l’artiste en  plein milieu d’une chanson pour hurler et chanter on va en finale quand le match s’est terminé… (Encore une chance qu’ils n’aient marqué qu’un but…).
Par là-dessus , quelqu’un est venu apporter à Jack un tee-shirt de l’équipe de France, qui lui allait beaucoup moins bien que celui qu’il portait jusque là, mais il a compris qu’il fallait bien qu’il en passe par là s’il voulait continuer à chanter… Même s’il ne semblait pas trop rancunier finalement sur son compte Instagram (enfin le post est signé K… comme Kim… plutôt posté par sa femme alors du coup…) :

Alors peut être que les belges ont perdu le match ce soir là, mais 3 jours avant ils avaient gagné beaucoup plus :
2 duos entre Jack et Eddie Vedder pendant le festival de Werchter !!!

> Constellations – Eddie Vedder & Jack Johnson

> Imagine – Pearl Jam & Jack Johnson

Ça c’était mardi à Paris :

> Duo avec Nick Mulvey

Pour le reste, toujours aussi bien, alors plutôt que de me répéter, voir plutôt mes articles précédents :

> 23 juin 2010 – Zénith de Paris

> 1er juillet 2014 – Olympia

Le dernier album s’appelle All the light above it too… et c’est toujours aussi cool…

♦♦♦ retour à la page d’accueil ♦♦♦

Quand la bise fut venue…

Samedi, mars 10th, 2018

La Vapeur nous fourmi fournit une, voire plusieurs bonnes occasions de nous réchauffer les oreilles :

En rouvrant ses portes après de longs mois de travaux, notre bien-aimée salle dijonnaise nous confirme qu’il faut passer du temps dans son cocon pour devenir un beau papillon de nuit, et c’est Nada Surf qui a assuré le spectacle pour cette soirée d’inauguration du 7 février dernier.
Juste 10 ans après leur venue dans cette même salle, les new-yorkais nous ont joué l’intégralité de leur album Let go sorti il y a 15 ans et ce fut tout aussi plaisant de les entendre à nouveau avec ces mélodies pop qui nous aident à flotter au-dessus de la terre ferme.

A noter : en parallèle de ce 15ème anniversaire, un album de reprise, Standing at the Gates: The Songs of Nada Surf’s Let Go dont les bénéfices iront à The ACLU (The American Civil Liberties Union) and The Pablove Foundation, vient tout juste de sortir.

3 morceaux en bonus enregistrés lors de leur passage :
> High speed soul
> Teenage dreams

> Blizzard of 77

Le lendemain j’y étais à nouveau puisque dans le cadre du festival GéNéRiQ la Vapeur accueillait Tricky (bon là je ne pourrai pas montrer d’extrait compte-tenu de l’obscurité qui règnait sur la scène… Enfin ça c’est Tricky… super prestation… mais on voit rien ! Oui c’est un peu frustrant et pénible j’en conviens…) et en première partie j’ai découvert Concrete Knives : très bonne surprise !

Et quand la bise fut venue, La Cigale ne s’en trouva pas pour autant dépourvue et nous offrit même un spectacle de premier choix en accueillant Rickie Lee Jones ce 3 mars !!!

Et si sa voix n’a plus toutes les nuances d’autrefois, l’émotion est toujours là, d’autant plus qu’elle nous joue un maximum de titres de ses 2 premiers albums (2 pépites qui ont tourné un sacré nombre de fois sur mes diverses platines) et lorsqu’elle a entamé Living it up, enchainé avec We belong together… que dire… surtout ne rien dire et juste laisser la sensation d’accomplissement se frayer un chemin jusqu’aux derniers recoins de nos terminaisons nerveuses.

> The last chance Texaco
> Living it up
> We belong together

Et puis parce-que c’est comme ça qu’on aime se la remémorer aussi :
> Chuck E.’s in love – 1979

♦♦♦ retour à la page d’accueil ♦♦♦

Melodrama au Zénith de Paris – 5 octobre 2017

Dimanche, octobre 15th, 2017

L’hémisphère sud, et plus particulièrement la Nouvelle-Zélande, a également sa petite fée de  20 ans pour nous emmener vers des forêts enchantées, fussent-elles de néons, qui nous ont portés vers un nouveau songe d’une nuit d’automne, un an après celui dans lequel nous avait entrainé Aurora (voir ici).

Plus espiègle peut-être que sa « conscrite » norvégienne, moins éthérée dans la performance vocale, sa voix jouant dans des tonalités plus graves, mais tout aussi pleine d’énergie et d’enthousiasme, Lorde a alterné les morceaux des deux albums à son actif (oui… elle n’avait que 17 ans lors de la sortie de Pure Heroine…).

> Ribs – Live Zenith de Paris

> Royal – Live Zénith de Paris

Et puis la vidéo du single de son album Melodrama, parce- que là on la voit bien et que ça en vaut la peine quand même ;-)
> Green light

♦♦♦ Alors si je puis me permettre une petite remarque, je pense que le spectacle aurait gagné à remplacer les deux danseuses qui l’accompagnaient sur scène et qui n’apportaient pas de réel plus par deux choristes qui auraient pu assurer en live les effets de voix repris par une bande son enregistrée… May be next time….

♦♦♦ retour à la page d’accueil ♦♦♦

Amazing beautiful days – Juillet 2017

Samedi, août 19th, 2017

Stade de France : la Sainte Trinité  y est apparue en ce mois de juillet, glowing in the dark, pour des songs of faith and devotion… in the name of love !

1er juillet :

© degemer-photos.com

Le Saint-Esprit a fait stopper la pluie qui est tombée jusqu’en milieu d’après-midi, et il a pris la voix de Dave Gahan mais parfois aussi celle de Martin Gore pour des morceaux de Spirit, le nouvel et enthousiasmant album de Depeche Mode, et tous ces anciens morceaux dont on ne se lasse pas et qui ont déclenché l’euphorie chez les fans qui m’entouraient sur la pelouse or (que du bonheur en fosse ce soir là).
> setlist

Rien de nouveau dans le show > voir ici… mais qu’est-ce que c’était bien de les revoir !
> Never let me down again

La 1ère partie était assurée par Algiers, plutôt intéressant !

Juste une question Dave : euh… c’est quoi cette horrible petite moustache ?!?!?

-

15 et 16 juillet (et oui, les circonstances ont fait que j’ai pu y être 2 soirs de suite… Yes !) :

© Getty Images

Avant l’arrivée du Fils, il faisait déjà bien chaud. Lyves et Tove Lo ont continué à faire monter la température et le public très en forme a lancé des olas impressionnantes.. et des petits avions en papier spécialisés dans le piqué ! Mais lorsque Chris Martin, notre own personal Jesus, est apparu sur scène, la foule est entrée dans une transe extatique qui l’a transportée pendant 2 heures, émerveillée par toutes ces lumières à leurs poignets, tous ces feux d’artifices, ballons, étoiles multicolores… et par cette énergie rayonnante transmise chaque soir par les 4 membres de Coldplay aux 80 000 personnes présentes.
> Setlist du 15
> Setlist du 16

S’ils reprennent les éléments scéniques déjà utilisés dans leur précédente tournée > voir ici l’effet est toujours aussi spectaculaire et les nouveaux morceaux inclus dans ce spectacle évitent l’effet répétition… Enfin de toute façon, les 2 soirées consécutives que j’ai vécues là n’ont pas altéré mon enthousiasme… j’avoue même que j’aurais couru assister à celle du 18 juillet qui a suivi si l’on m’avait offert un billet ! (Aurais-je atteint un degré de fanatisme occultant toute objectivité ? > voir là C’est une éventualité à prendre en considération !).
> Something just like this (parce qu’elle est tellement mieux en live !)

Juste une question Chris, Guy, Jon et Will : euh… pourquoi vous prenez Tove Lo en 1ère partie et que vous ne faites même pas Fun en duo avec elle ?!?!?

-

25 juillet :


Et enfin, au nom du Père : j’attendais tellement ce moment… fêter les 30 ans d’un des albums les plus écoutés de ma collection de CDs avec le groupe qui avait innové dans les 90′s côté show dans les concerts à grande échelle… j’en attendais sûrement trop de ce Joshua Tree Tour de  U2…
à moins que ce p’tit c… de Noël Gallagher ne m’ait énervée dès la première partie…
à moins que la foule de la fosse où j’avais fait l’erreur de prendre mon billet (par radinerie plus que par réelle envie… faut dire qu’à force de les enchainer, ça commence à faire un sacré budget tout ça!) n’ait trop envahi mon espace vital…
à moins que la calamité grandissante des téléphones portés à bout de bras pour filmer la quasi totalité du concert par des apprentis cameramen qui feraient mieux de profiter du spectacle à l’instant T plutôt que de le regarder ensuite sur leurs écrans ridicules, et qui occultaient les rares interstices permettant d’apercevoir la scène, n’ait eu raison du filet de patience qu’il me restait…
à moins que je ne sois lasse de les entendre reprendre toujours les mêmes morceaux dans leurs concerts avec en plus un son pas terrible ce soir-là…
à moins que les 4 anglais cités quelques lignes plus haut n’aient supplantés les 4 irlandais dans la catégorie méga-show dans les stades…
> setlist

Bon j’arrête parce-que vous allez finir par croire que je n’ai pas apprécié cette soirée et que quand je me suis éloignée vers l’extérieur de la fosse j’ai quand même pu profiter comme il se doit du spectacle ! Mais c’est ça aussi, quand la barre a été mise si haut dans les précédents concerts, les risques de déception sont d’autant plus forts voir ici et et là aussi
> Elevation
> Pride + Where the streets have no name (vu depuis les gradins c’était autre chose… et là on peut filmer sans gêner ses voisins !)

Juste une question Bono et toute la bande : euh… pourquoi vous n’allumez pas les écrans dès le début ?!?!?

♦♦♦ Et pour ne pas rester sur une impression mitigée, j’ai revisionné mes DVDs de U2 Go home : Live from Slane Castle et Vertigo 2005 // U2 Live from Chicago et là Bono a regagné sa place dans mon coeur et The Joshua Tree son piédestal juste à côté de A Rush Of Blood To The Head.

♦♦♦ retour à la page d’accueil ♦♦♦