jeudi, dcembre 13, 2018 06:40

Archive for juillet, 2011

Bernie, Ezekiel, Wilbur, le hongrois, Charlie et Alvin

Dimanche, juillet 31st, 2011

Le film : CHICAGO

Les rôles : les maris des filles du « couloir des tueuses » de la prison de Chicago – Années 30

Rappel :
(les gens ont parfois de ces petites habitudes qui vous fichent en rogne…)

Et ça fait claquer son ch’wing sans arrêt, et ça se dit célibataire quand on est Mormon avec déjà 6 femmes, et ça joue les jaloux maladifs, bon, le hongrois on sait pas trop au bout du compte ce qu’il a fait, de toute façon sa femme plaide non coupable, mais Charlie a été pris la main dans la sac (enfin pour le coup l’expression n’est pas vraiment bien adaptée…) avec la soeur de Velma en position 17 et y’a les artistes qui se cherchent et en profitent pour faire un peu trop de rencontres féminines (sans compter Irving…) sur leur chemin !

Ben voilà ! Après qu’est-ce que vous voulez, faut pas s’étonner que les coups de semonces claquent !
Et puis y’a des mecs qui tiennent pas l’arsenic, sans compter ceux qui se jettent sur le couteau de leur femme quand elle est tranquillement en train de découper le poulet dans la cuisine (et qui se jettent même sur le couteau 10 fois !!!)

Ils l’ont bien cherché
Ça leur pendait au nez depuis longtemps
Vous auriez été là
Vous auriez vu ça
Vous auriez fait pareil !

-

<  voir l’extrait (Cell Block Tango)

-


par Herecomestheflo

♦♦♦ retour à la page d’accueil ♦♦♦

Un L qui veut dire Largo

Dimanche, juillet 24th, 2011

Même si on peut difficilement comparer les aventures de Largo Winch à celles de Corto Maltese – autre époque, autre contexte – et si le graphisme est totalement différent, on ne peut pas s’empêcher de noter certains points de convergence entre les deux protagonistes de ces épopées.

Toujours volontaires pour défendre courageusement les intérêts des plus vulnérables aux quatre coins de la planète, héros sans armure et sans costume de foire, ne craignant pas les coups,  maniant l’humour avec parcimonie et agrémenté d’une pointe de cynisme, le temps n’a pas d’emprise sur eux et même couchés sur le papier, ils sont plus séduisants et ont plus de charisme que nombre de leurs homologues en 3D.

Placé malgré lui par son père adoptif, fondateur du puissant groupe « W », à la tête d’un empire se chiffrant en millards de dollars, plus terre à terre et toujours au coeur d’embrouilles principalement financières, Largo Winch est confronté à des crapules bien peu sympathiques et mûes par des motivations qui n’ont le plus souvent rien d’idéalistes et là où il est nettement à la ramasse par rapport au marin maltais c’est au niveau de ses rencontres féminines… beaucoup moins intéressantes…  là où Corto Maltese fait plutôt dans la passionnée et la grâce naturelle, lui fait quand même principalement dans la greluche et la wonder-femelle vénale (et 95D mini de tour de mamelles…conséquence inévitable sûrement de son immersion dans ce milieu qui pousse à la démesure dans les chiffres quels qu’ils soient…).

Nota : on attend la sortie de « Colère rouge« , 18ème Tome de la série de Jean Van Hamme et Philippe Francq, puisque les aventures de leur héros sont toujours des diptyques et que « Mer noire » sorti fin 2010 nous a laissés en plein suspens, avec un Largo pris au piège sur un bateau quittant le port de Trabzon en Turquie

Tiens, en cherchant des images, je viens de retrouver ça sur le net :

J’avais bien en tête la pub avec Corto, mais j’avais complètement oublié celle avec Largo !
(Serait-ce que ce parallèle entre les deux s’était inscrit profondément dans mon subconscient ?!?!?

♦♦♦ retour à la page d’accueil ♦♦♦

Un C qui veut dire Corto

Samedi, juillet 16th, 2011

Fils d’un marin britannique, qui lui a manifestement transmis son flegme, et d’une gitane andalouse célèbre à Malte parmi les soldats de la garnison et les marins de passage, baignant depuis l’enfance dans la magie et le son des guitares, l’attirance de Corto Maltese pour les mers du sud et sa soif de liberté le prédestinait à une vie d’aventure, empreinte d’ésotérisme, et à des rencontres hors du commun.
Toujours prêt à défendre les plus faibles et les démunis face à l’oppresseur ou au méchant de service…

- Pourquoi avez-vous fait ça ? lui demande le vieil homme inconnu qu’il vient de défendre face à une brute tout aussi inconnue.
- Pour dire la vérité, je n’en sais rien. Peut-être suis-je le roi des imbéciles, le dernier exemplaire d’une dynastie complètement éteinte, qui croyait en la générosité !… En l’héroïsme, lui répond notre beau marin, dont l’efficacité dans une bagarre n’a d’égale que la distinction de son allure.

Le voyage imaginaire d’Hugo Pratt présenté à la Pinacothèque jusqu’au 21 août fait la part belle à Corto Maltese bien sûr, en exposant entre autres toutes les planches de La Ballade de la mer salée – première BD dans laquelle il apparaît, ligoté sur un radeau au milieu de l’océan – mais aussi aux femmes, aux militaires, aux indiens, au désert, aux îles et océans et aux villes.
Six thèmes qui reviennent régulièrement dans l’oeuvre d’ Hugo Pratt et qui sont l’occasion pour nous d’admirer des aquarelles et des planches originales de cet auteur reconnaissable entre tous, de part son graphisme et de part ses histoires qui donnent à ses BD des allures de roman.

♦♦♦ retour à la page d’accueil ♦♦♦

à cors et à Chris !!!

Dimanche, juillet 3rd, 2011

J’en ai déjà fait des tonnes sur le chanteur de Coldplay… Je sais !
Mais Chris Martin, ce fût quand même la révélation de l’année 2003 pour moi, quand je l’ai découvert sur la scène du Zénith de Paris où je m’étais rendue sans plus de conviction, appréciant beaucoup les 2 premiers albums du groupe mais ne sachant pas si leur prestation scénique serait à la hauteur de leurs mélodies…
Et là, alors que je n’y croyais plus, raccrochée que j’étais aux icones de mes jeunes années, le messie de la pop m’est apparu ! D’une énergie et d’un charisme troublant… contre toute attente !

Ce week-end, ils étaient au Main Square Festival d’Arras… sans moi… Alors pour me consoler,  j’ai ressorti les vieux albums et les vieilles vidéos…

> Chris à la guitare : God put a smile upon your face – Live 2003

> Chris au piano : Amsterdam – Live 2003

> Chris court le marathon : Fix you – Clip 2005

> Chris à la chasse aux papillons : Lovers in Japan – Live 2008

A noter qu’en plus de Coldplay, il y avait des choses sympathiques encore à Arras cette année : Portishead, Arcade Fire, The Chemical Brothers, Moby, Two Door Cinema Club, Puggy… et j’en passe…

♦♦♦ retour à la page d’accueil ♦♦♦