jeudi, dcembre 13, 2018 05:46

Archive for juillet, 2016

« Can there be breaks in the chaos sometimes ? »…

Dimanche, juillet 24th, 2016

… Oui quand on a une head full of dreams ! Et encore heureux !

Bof, me suis-je dit à la première écoute… Surtout que leurs précédents albums m’avaient enthousiasmée dès que je les avais soumis à mes canaux auditifs.
Que ce soit le Ghost Stories des uns, magique du début à la fin (Maïtena et moi étions à peu près dans le même état ce soir d’avril 2014 là, voir ici) et qui avait été magistralement, intégralement et exhaustivement mis en scène ou le Cyclo de l’autre qui avait donné lieu à de très beaux moments live également (voir là), d’une mélancolie communicative mais always in my head.

Et puis en fait, je m’aperçois que je n’arrête pas de les écouter ces nouveaux albums de Coldplay et de Zazie… Ben oui, parce-que quand même, didn’t we have fun, et que may be we could again et qu’à leur écoute je forget the world and it’s weight… Et puis finalement, au détour d’une nième écoute arrive un amazing day et que du fun tout-à-coup, adieu tristesseI love you all,Life has a beautiful, crazy design, hasn’t it ?… Sometimes ?

♦♦♦ Si je n’ai pas pu voir Coldplay sur scène le 24 mai (seule date en France à Nice mais il reviendraient en France l’été prochain se dit-il…) avec leurs nouveaux titres cette année (même soir que Radiohead… et Dieu m’a donné quelques dons – quoique – mais pas celui d’ubiquité…), je suis allée voir Zazie aux Folies Bergères le 25 mars et là aucun regret, comme d’hab..

> Zazie Folies Bergères mars 2016 -Adieu tristesse

> Coldplay live Nice 2016

♦♦♦ retour à la page d’accueil ♦♦♦

Where is Brian ???

Jeudi, juillet 14th, 2016

Brian is in the – kitsch – ville de Beaune.

Enfin, il y était… du 30 mars au 03 avril, lors du 8ème festival international du film policier (oui, je sais, c’était il y a plus de 3 mois… j’ai été, on va dire un peu surbookée après ça… et un peu feignante je dois avouer aussi…).

Seul invité valant le déplacement cette année – encore pauvre en têtes d’affiches à renommée internationale, ça commence à devenir une mauvaise habitude depuis 2 ans – Brian De Palma a prouvé, si tant est qu’il a quelque chose à prouver, qu’il était un vrai cinéphile : vous pouviez apercevoir son ombre se faufilant dès que la lumière s’éteignait dans les petites salles du festival pour visionner un film projeté en fin de soirée. Il a également donné une « leçon de cinéma » qui fut (à ce qu’on m’a dit, je n’ai malheureusement pas pu y assister) fort intéressante.

Les jurys n’étant pas spécialement fun non plus cette année, j’ai pu me concentrer entièrement sur la sélection et je dois dire que je n’ai pas visionné un seul film qui ne vaille la peine d’être vu (le bouche à oreille dans les files d’attente m’a permis d’échapper aux mauvaises surprises).
Soit 14 films en 4 jours. Bonne moyenne. Mes préférés :

En compétition :
- Man on high heals de Jang Jin : un policier dur-à-cuire et intraitable rêve de devenir une femme… tandis que son côté masculin décoiffe, sa partie féminine se recoiffe… avec un sujet aussi casse-gueule, on aurait pu s’attendre au pire, mais les coréens sont très forts et ce film était très réjouissant (il a d’ailleurs raflé le Grand prix et le Prix de la critique)
> bande annonce

- Desierto de Jonas Cuaron (fils d’Alfonso et scénariste sur Gravity) : comment ressentir l’oppression d’un huis clos dans l’immensité du désert où, sous un soleil (et également sous une pluie) de plomb, Jeffrey Dean Morgan les pète (les plombs) et nous prouve que contre toute attente – ben oui, on se rappelle tou(te)s avec émotion de son personnage de Denny Duquette dans une des premières saisons de Grey’s anatomy - son rôle du méchant Negan dans la saison 6 de Walking Dead ne sera pas usurpé, Gael Garcia Bernal peut en attester ! (Prix spécial du jury, ex-aequo avec Diamant noir d’Arthur Harari )
> bande annnonce

- Very Big Shot de Mir-Jean Bou Chaaya : là aussi, merci le bouche à oreille car au départ le pitch n’avait rien d’exaltant mais ce film libanais est plutôt cocasse et part sans prévenir dans une direction complètement inattendue, à ne pas rater donc
> bande annonce

-

-

Catégorie « Sang neuf » :
- Les Ardennes de Robin Pront : un petit côté frères Coen à la sauce belge avec des personnages avec des vraies tronches (Prix du Jury Sang Neuf évidemment)
> bande annonce

-

-

Hors-compétition :
- Green Room de Jeremy Saulnier : quand une bande de punk-rockers plutôt sympas se fait coincer dans un repère de skinheads bien fascisants aux chiens inquiétants, la mayonnaise n’a rien de nouveau mais elle prend bien et la tension est maintenue jusqu’à la fin. Par le réalisateur du très bon Blue Ruin qui était déjà à Beaune en 2014
> bande annonce

- Cop Car de Jon Watts : Kevin Bacon est vraiment bon dans les rôles de méchants, ça roule et les 2 gamins qui lui font face en ont sous le pied
> bande annonce

Toujours hors compétition, les nordiques n’étaient pas en reste cette année encore : Hevn du norvégien Kjersti Steinsbo, au scénario assez traditionnel, était filmé dans un décor naturel magnifique et le 3ème volet des enquêtes du département V, Délivrance, réalisé par Hans Petter Moland (qui nous avait régalé à Beaune il y a 2 ans avec le génial In order of disappearance) était efficace, même si je suis toujours un peu déçue par rapport aux bouquins du danois Jussi Adler-Olsen bien plus étoffés évidemment (les personnages principaux du film sont en revanche bien trouvés et plutôt fidèles à leur modèles).
> bande annonce Hevn
> bande annonce Délivrance

Vivement l’année prochaine !

♦♦♦ retour à la page d’accueil ♦♦♦