lundi, dcembre 17, 2018 16:33

Vu !!!

V_1
Qu’ai-je donc fait, qu’ai-je donc dit ?
Tout juste réapparue je retombe dans l’oubli
Ou serait ce une lacune du genre masculin
Héritée du Nain du Jardin d’Eden
Qu’un barbu dit divin
A un jour condamné à de vilaines pratiques :
 
Un pommier commun au parfum d’aubaine
Secoué par un reptile au discours lubrique
Et le voici haletant et si peu pensant,
La dent acérée et la peine hystérique.
Elève révélée, esclave s’esclaffant,
Elle comprend mais trop tard qu’elle portera les enfants
Et devra concilier plaisir et souffrance
Alors qu’il aura juste à fournir la semence.
Mais ne faut-il pas être mi-Dieu, mi-Malin
Pour exposer des fruits en pareille évidence
Et interdire d’y mettre dessus le grappin.
 
      Finis les jours cléments
      Où régnait l’insouciance
      Où deux si différents
      Coulaient dans la même veine :
      Depuis qu’Adam est amant
      Il n’entre plus dans la danse
      Sa seule gloire maintenant
      Est de rentrer dans l’arène
      Sous les applaudissements
      Recreusant la distance
      Pour ne pas jouer perdant
      Dés qu’elle semble sereine.
 
Qu’ai-je donc fait, qu’ai-je donc dit ?
Sûr, je ne serai jamais qu’une parenthèse dans sa vie
Alors pourquoi chercher en lui ce que je cherche en vain
Et gonfler le gain du larcin des Reines.
Mon Dieu, je mange à ma faim
Et même si je remplis une coupe déjà bien pleine :
 
      Je troque ma pénitence
      Contre une peine immense. 
V_2
 Le train bleu - Jean-Louis Murat
 
 

retour au sommaire    <  retour au sommaire