lundi, dcembre 17, 2018 17:23

Archive for septembre, 2015

dans la ligne de mire > John Malkovich

Lundi, septembre 21st, 2015

John Malkovich dans la peau de…

Ça s’est teminé hier, c’était aux Rencontres d’Arles, à travers l’expo « Malkovich, Malkovich, Malkovich » le photographe Sandro Miller rendait hommage à ceux qui l’ont influencé en reproduisant 34 clichés dans lesquels son pote prend la pose en lieu et place des modèles originaux… et si le talent de Miller est indéniable, Malkovich est absolument génial… comme à l’accoutumée !

Tour à tour acteur, réalisateur, metteur en scène, producteur, créateur de mode… Cet homme fait dans la multiplicité des facettes tant dans sa propre vie que dans les personnages qu’il interprète.

Il a tellement à son actif… Génial dans les rôles dramatiques (La ménagerie de verre, L’empire du soleil…), il excelle dans les rôles de méchants (comme le Cyrus-le-virus des Ailes de l’enfer qui repasse ce soir sur W9…) et est au top dans les comédies (Burn after reading, Red…) !

C’est son personnage de Valmont dans l’adaptation des liaisons dangereuses au cinéma par Stephen Frears qui lui a permis de se faire connaître du grand public et lui a conféré sa place de séducteur (un rien) pervers (Ce n’est pas ma faute) – il a d’ailleurs mis lui-même en scène l’oeuvre de Choderlos de Laclos au théatre plusieurs années après – et il a également fait un super Dr Jekyll au côté de Julia Roberts/Mary Reilly. Mais le summum est atteint avec le duo Spike Jonze/Charlie Kaufman et leur cultissime Dans la peau de John Malkovich où il s’interprète tellement bien lui-même !!!

Voir la bande-annonce

Nota: il a eu une nomination aux Oscars (mais pas la statuette) pour son rôle dans… La ligne de mire de Wolfgang Petersen où il se mesurait à Clint Eastwood : ben voilà elle était faite pour lui cette rubrique !

♦♦♦ retour à la page d’accueil ♦♦♦

Domaine de St Cloud – 29 et 30 août 2015

Mardi, septembre 1st, 2015

Ces 2 jours au Domaine de St Cloud se sont substitués cette année à mon traditionnel dernier week-end d’août au Domaine de Chalain.
Profitant de mon nouveau pied à terre parisien (enfin c’est pas vraiment le mien mais vu que je règle le loyer et autres charges, je crois pouvoir m’octroyer quelques petits squats ponctuels ;-) ), j’ai passé 2 jours sous un magnifique soleil de fin d’été au festival Rock en Seine.
Faisant l’impasse sur la journée de vendredi qui m’a vue occupée à d’autres tâches moins festives, je me suis concentrée sur les artistes qui se sont exprimés samedi et dimanche.

Samedi 29/08 :
Raté : Balthazar, si j’avais su, je me serais pressée un peu, les 2 dernières chansons que j’ai pu voir laissaient penser que le reste avait dû être sympa aussi…
Découvert : Ben Howard, catégorie chanteur anglais à la guitare mélodique comme j’aime…
Vu, revu mais toujours aussi bons : Stereophonics, quel bonheur ce rock gallois qui roule et Kelly Jones toujours aussi sexy !
Vu, revu mais impossible de faire l’impasse sur ce monument de nostalgie : Etienne Etienne Etienne ! A la sortie de son 1er album j’étais au bord de la scène pour sa première venue au « Familia » à Dijon, même si j’étais tentée par Glass Animals qui passaient à la même heure, je ne pouvais pas laisser Daho down !
Attendu avec impatience : mais un son insupportable de basses qui couvrait tout le reste… trop la haine pour Years & Years ! Surtout qu’à côté de ça on était super bien placées et que Olly Alexander a l’aura et la voix qu’il faut pour assurer le show… et qu’on a découvert en se déplaçant sur le côté de la scène à la dernière chanson que de là le son était très bien…
Aperçus : Pete Doherty tout bouffi avec les Libertines et un peu plus loin Shamir, mais pas eu le temps de bien apprécier, il ne fallait pas louper le dernier métro !

—–

Dimanche 30/08 :
Pas loupé : Last Train et leur rock énergique, jeune et punchy, y’a du BRMC dans l’air !
Survolé : Jungle, j’avoue j’ai eu un petit coup de claustro d’un coup au milieu de la foule en plein après-midi surchauffé et pas emballée plus que ça j’ai préféré m’éloigner chercher un grand cidre bien frais ! Et glou et glou…
Découvert et aussitôt adulé : Tame Impala, embarquée tout à coup dans un univers parallèle alors que le soleil se couchait sur Paris… Voir l’article de Francetvinfo qui résume bien ce moment volé à la pesanteur ! En tout cas je sais où je serai le 31 janvier prochain !

Enchainé avec bonheur : Alt-J, la voix et les sonorités de ces anglais m’ont encore plus touchée en live que sur les albums.

Et nul besoin de les présenter, source d’extase musical depuis des années : The Chemical Brothers ont fait péter les barrières de l’inhibition des plus coincés durant la dernière heure et demie du Festival. Hey girls. Hey boys. Superstar DJs. There we go !!!!!

-

-

-

-

-

-

Nota :  désolée, je n’ai pas noté le nom des auteurs des affiches présentées sur cette page et qui faisaient partie de l’expo installée sur le site mais vous pourrez les retrouver sur rockenseine.com au rayon Rock’art ainsi que des extraits des lives ou même les concerts complets (Stereophonics,  Ben Howard ou Last train par exemple)

♦♦♦ retour à la page d’accueil ♦♦♦