lundi, aot 10, 2020 22:12

Encore des miroirs… et des faunes… et des miles… et des astéroïdes

Wayne-McGregor-Dyad-1909-001

Des miroirs sur la scène qui captivent le regard, à tel point qu’on en oublierait presque de regarder les danseurs qui évoluent à leur périphérie autrement que par leurs reflets. Mais l’énergie qu’ils dégagent recentre rapidement notre attention sur eux et l’on se laisse porter par la fluidité de leurs mouvements et la musique d’Ólafur Arnalds, musicien islandais talentueux d’une vingtaine d’année, dont les compositions collent si bien à cette chorégraphie de Wayne McGregor : c’est Dyad 1909, la première des quatre chorégraphies en hommage aux Ballets Russes – In the Spirit of Diaghilev.
Faun 1Quelques minutes après, c’est avec Faun, la reprise de Prélude à l’après-midi d’un faune par Sidi Larbi Cherkaoui, que notre instinct animal se réveille au coeur d’une forêt à la si belle lumière : la musique de Debussy est magnifique bien sûre, et elle prend par moments quelques accents plus ensoleillés qui ne font qu’accentuer l’émotion. Et si l’érotisme de la chorégraphie n’a plus l’impact scandaleux qu’il avait en 1912, ça reste une beau duo interprèté par 2 danseurs admirables !

 

affiche away-we-goAu cinéma, c’est avec les 2 protagonistes, futurs parents en proie au doute, de Away we go que j’ai traversé – avec un plaisir certain – les États-Unis et que j’ai même fait un saut de puce jusqu’à Montréal. Sam Mendès, après ses Noces rebelles si noires de l’année dernière, nous donne là l’occasion de ressortir de la salle envahis d’un optimisme maggie - away we go(relatif) réconfortant. Ça fait du bien ! (Et la surprise de retrouver Maggie Gyllenhaal dans un rôle de déjantée !).

 

asteroids-galaxy-tour2Et jeudi soir, il y avait un petit amas d’astéroïdes du coté de la Villette : tandis que tout le monde est parti à Copenhague, une poignée de danois – The Asteroid Galaxy Tour - se trouvaient au Trabendo pour nous offrir un petit concert qui, s’il n’était pas aussi Fun et Folie que je l’imaginais, avait au moins le mérite d’être Fun et Groovy. Très sympa en tout cas. Et puis j’ai une prédilection pour les chanteuses allumées venues du froid (comme Olivia de The DO, ou Emiliana Torrini et bien sûr Bjork !), je ne sais pas pourquoi… Peut-être des gènes de Vikings qui trainent… Allez savoir…

Bad Fever - The Asteroids Galaxy Tour

Leave a Reply