dimanche, octobre 25, 2020 21:34

Une vie française

Jean-Paul Dubois a le don de juxtaposer les mots d’une manière telle qu’ils déclenchent à chaque fois un phénomène jubilatoire chez moi.

« A ses yeux, Vincent avait toujours été le seul héritier des Blick. Il était le portrait de mon père et, malgré son jeune âge, portait déjà les signes de la rigueur et de la maturité. Pour ma part, je n’étais qu’un surgeon, un reliquat spermatique, un moment d’inattention divine, une erreur d’ovulation. »

Une vie française commence avec l’avènement de la 5ème République par référendum le 28 septembre 1958 qui coïncide avec la mort du frère aîné de Paul Blick, le narrateur alors âgé de 8 ans, et se termine en 2004, soit deux ans après la « réelection » de Jacques Chirac. Chaque septennat (ou quinquennat… ou moins selon les cas) intermédiaire découpant le livre en autant de chapitres.
Ne se posant jamais en donneur de leçon, ni en analyste rébarbatif, en nous relatant un simple détail, Paul arrive à nous faire appréhender l’essentiel des évènements qui traversent sa vie, qu’ils soient d’ordre personnel, familial, politique ou religieux.
C’est un vrai déchirement de le quitter au bout de 400 pages pendant lesquelles il nous a ouvert avec pudeur les recoins de son âme.
C’est drôle, c’est grave, c’est exaltant, c’est triste, c’est touchant, c’est révoltant… C’est la vie…

Voir aussi > Ils le disent mieux que moi

Et puis, je peux même mettre l’article dans l’Actu de la mare puisque je découvre à l’instant que France 2 vient d’en faire une adaptation télé qui sera diffusée le 14 septembre !!!
(Je me méfie des adaptations mais bon il y aura Jacques Gamblin…)

Et puis je n’ai pas lu le bouquin mais son Kennedy et moi au ciné était assez génial !
Voir > Les scènes

Et puis à propos de Jean-Paul Dubois :
Voir aussi > la citation en prologue de ce blog !

♦♦♦ retour à la page d’accueil ♦♦♦

Leave a Reply